Position dans le site : Accueil » les sites de plongée » Les sites de A-Z en France » T » Grotte des Teillèdes


 

Grotte des Teillèdes

FRANCAZAL, Haute-Garonne (31)

Altitude 410 mètres  

 

Localisation

La petite route pittoresque de Francazal (31) à Cazavet (09), par le hameau de Salège, franchi le ruisseau des Teillèdes 500 mètres environ après avoir quitté Francazal (point bas de la route, petit pont). Possibilité de se garer au niveau du pont. Remonter à pied le ruisseau des Teillèdes (souvent à sec en été ) sur une cinquantaine de mètres. La grotte s'ouvre sur votre droite (donc en rive gauche) au pied d'une petite falaise.

Spéléométrie

Quelques mètres de progression en exondé dans un boyau étroit et concrétionné, coupée par un toboggan argileux et un petit puits, mènent à la vasque du siphon.

Aval non exploré.

Amont exploré sur environ 100 m, point bas -12,5 mètres.

Arrêt sur laminoir infranchissable en scaphandre dorsal.

Historique

Découverte par la SMSP le 02.08.1993 ( D. QUETTIER), lors d'une exploration systématique du vallon des Teillèdes, et topographie de l'entrée jusqu'à la vasque.

Plongée du siphon amont effectuée par Frédéric MAKSUD et Frank BREHIER le 23.06.1996.

Relevé topographique du siphon amont sur 96 m de long par Franck VASSEUR le 27.02.2000.

Description de la cavité

Entrée légèrement surélevée par rapport au ruisseau. Galerie étroite montant jusqu'à +3m (concrétions). Salle avec puits de 3,5m débouchant sur le cours souterrain. Voûte mouillante large à 7m vers le NW ( amont ). Vers le NE salle basse et voûte mouillante, aval à 6m. L'aval résurge immédiatement dans le lit du ruisseau (griffons impénétrables).

Le siphon se développe d'abord à faible profondeur (<2m.) durant 35m, en passant sous deux cloches d'air concrétionnées. A 35m, la galerie se termine dans une étroite cloche d'air qui semble se prolonger vers l'ouest, au-delà d'un passage impénétrable.

La suite du conduit se situe vers le sud-ouest, par une galerie plus intime (1,5 x 1,5m) qui recoupe perpendiculairement une autre orientée à contresens de la précédente.

Vers le nord-ouest, on émerge rapidement dans la même cloche d'air que celle qui marque le terme de la galerie d'entrée. Le siphon se prolonge en fait vers le sud-est, c'est à dire en revenant sous le ruisseau des Teillèdes.

La galerie, surmontée d'une nouvelle cloche d'air devient plus haute que large (2 x 3m) puis débouche, à 65m du départ, sur un magnifique puits qui descend à -11 (point bas -12,5). Un bref tronçon de galerie horizontale rejoint la base d'une remontée qui revient à -4 (cote 80m). De là, on peut émerger dans une cloche d'air plus spacieuse prolongée par un boyau exondé, surmonté, au bout de trois mètres, d'un pincement impénétrable.

Revenu à -4, le siphon plonge à nouveau jusqu'à -9, dans une marmite " de décantation " où stagnent des débris végétaux et du sable. Le courant provient d'un laminoir étroit, incliné à 45°, pénétré jusqu'à -11.

Bibliographie 

Karstologie

Calcaires microcristalins et dolomies du Kimméridgien.

Communication possible avec le réseau du Pas du Loup (grotte et résurgence).

Recherche alphabétique

A     B     C    D     E     F

G          I               L

M          O     P          R

S     T                             

Recherche géographique

 

 


© Copyright  - les fédérés souterrains