Position dans le site : Accueil » les sites de plongée » Les sites de A-Z en France » T » Trou Madame


 

Trou Madame

Cénevières, Lot (46)

Coordonnées N44.4507460, W1.7531954


Photo Alain Ruet

Spéléométrie

Développement 2787 m  (entièrement topographié)
Profondeur max -  22 m à l'étiage
La cavité est constituée d'une succession de 8 siphons avec arrêt sur trémie.

 

 

Historique

La grotte est connue de longue date et aurait fait l'objet d'un pompage.
Le C.R.S.A. d'ANGOULEME, sous l'égide de la F.F.E.S.S.M. aurait levé une topographie sur 300m environ.

L'Expédition 1977

Le 23-7-77 - J.P. COULOMY et C. TOULOUMDJIAN reconnaissent et équipent le S.1 (110 m) et le S.2. sur 160 m. Arrêt faute de fil d'Ariane. Le lendemain, D. ANDRES et C. TOULOUMDJIAN franchissent le S.2. (265 m), le S.3. (10 m) et équipent le S.4. sur 270m. Arrêt faute de fil. Deux jours plus tard, D. ANDRES et G. BUGEL franchissent le S.4. (350 m), le S.5. (8 m), le S.6. (200 m), le S.7. (17 m) et équipent le S.8. sur 50 m. Arrêt faute de fil.
Le 14-8-77 - Le niveau de l'eau a baissé ce qui diminue quelque peu la longueur des siphons. D. ANDRES et C. TOULOUMDJIAN explorent le S.8. sur une longueur totale de 462m. Arrêt faute de fil.

L'Expédition 1979

Les plongeurs parisiens de la FFESSM, emmenés par Francis Le Guen prolongent l'exploration jusqu'à la trémie terminale, estimée à 2910m de l'entrée.

2009

La FFESSM rééquipe la galerie et relève la topographie sur 2000m en plusieurs camps successifs.

2010

La FFESSM rééquipe la galerie jusqu'à 2600m. Le relevé de la position du terminus à l'aide d'une balise est abandonné pour raison de crue.

Description de la cavité

La cavité est facile, peu profonde ( moins de 10m) sur au moins 1000m.

L'entrée est large, puis il y a une vaste voûte donnant sur passage au sol de graviers qui, après 50m, mène à un lac après une petite fracture d'un mètre. C'est là qu'il faut s'équiper. Selon le niveau des eaux, il se peut que vous ayez à ramper sur 10 ou 20m avant que la profondeur soit suffisante pour que vous puissiez nager. Le lac peut faire jusqu'à 50m de long avant d'atteindre le siphon. Le premier siphon fait 5m de haut sur 10m de large avec une eau limpide. Toutes les galeries alternent les méandres avec quelques sections rectilignes. On passe parfois à côté de larges berges de glaise.

En période de hautes eaux on s'immerge dès le porche ce qui simplifie notablement la vie des plongeurs. En revanche la remontée du torrent est plus sportive et il vaut mieux se tenir à l'écart de la galerie aval qui est fortement aspirante.

2011

Lire le récit de Laurent LABOUBEE

 

Longueurs et profondeurs des siphons :

Siphon n°1 - 95m / -5m jusqu'à une vaste cloche

II descend très rapidement à la profondeur de - 5 m.
La galerie est de forme elliptique, ou par moment rectangulaire, creuse au dépend des joints de stratification. La roche est généralement propre. Mais par moment nous rencontrons de petites dunes de sédiments argilo-sableux sur le plancher qui présente d'importantes formes de creusement. La roche, extrêmement travaillée, est découpée par de très nombreuses lames d'érosion dont certaines, très friables, peuvent être brisées à la main. Sur les bancs rocheux des parois, se trouvent parfois de larges dépôts de glaise, et on y distingue d'innombrables coups de gouge. De grandes marmites d'érosion, formant parfois des coupoles, parcourent le plafond de la galerie. De larges plaques noirâtres d'oxyde de fer couvrent certaines parties du conduit diminuant de façon sensible la visibilité. Les dimensions sont à peu près constantes (largeur 4 à 6 m, hauteur 3 à 4 m) durant tout le parcours, long de 95 m la profondeur est identique (4 à 5 m).
Ce premier siphon donne sur un couloir exondé, long de 15 m environ, formé par l' effondrement du plafond. L'éboulis de gros blocs qui couvre le plancher recèle par endroit de gros dépôts argileux. En certains points, la hauteur d'eau est de 60 à 90 cm.

 
Siphon n°2  et Siphon n°3

Ils se développent suivant une structure identique et à la même profondeur. Le premier long de 265 m est assez sinueux et aboutit a une poche d'air de 5 m, d'où part le S-3. Celui-ci long de 10 m (profondeur -2m), se retrécit, mais le plafond s'élève pour atteindre I' air.
Cette nouvelle poche est longue de 30 m environ. A cet endroit, la morphologie est bien différente. La rivière serpente suivant une galerie de 2 m de large et de 3 a 5 m de haut. (La profondeur de l'eau est de 1 à 2m).


Siphon n°4  et Siphon n°5

Le couloir d'entrée est presque circulaire (3 m de diamètre) et de gros blocs jonchent le sol. Nous rencontrons les mêmes formes d'érosion qu'à I'entree de la zone noyée. Mais, les lames sont moins importantes. Après 170 m de parcours, à - 3 m, le conduit descend à - 6m puis un peu plus loin à - 10 m où il bute à la base d'une cheminée. Le sol, à cet endroit, est parfaitement lisse et on y distingue une belle diaclase. Une remontée verticale jusqu'à -2m permet de retrouver la galerie. De forme elliptique (largeur 4 m, hauteur 2 m) elle remonte progressivement sur 120 m. Une salle exondée met fin à ce parcours noyé de 350 m.
Après une progression de 30 m environ, un nouveau siphon barre la rivière. Long de 8 m, profond de 2 m, il aboutit à une nouvelle salle.
Plus vaste que les précédentes, (7 à 8 m de haut, 8 à 10 m de large et 20 m de long environ) elle se termine sur un éboulis au-dessus duquel un départ de galerie fossile est aperçu. Le cours actif vient d'un petit méandre dont le plafond affleure l'eau sur une dizaine de mètres, puis s'élève et au bout de 30 m plonge sur un nouveau passage noyé".

Siphon n°6 et Siphon n°7

Le S.6. se situe dans une zone fracturée. C'est une succession de petites salles entrecoupées de couloirs se développant entre - 14 m et -8 m avec un passage étroit près de l'entrée (1,5 m de diamètre). D'énormes blocs jonchent le sol, et certains talus sont composés de galets et de graviers. La roche noire de limonite donne un aspect assez sinistre. La fin de ce siphon prend la configuration d'un méandre de 2 à 3 m de large et de 6 à 7 m de hauteur pour se terminer après 200 m de parcours noyé sur une poche d'air.
Longue de 60 m, elle prend fin sur une nouvelle galerie noyée, en joint de stratification qui se développe sur 17 m pour une profondeur moyenne de - 4 m.
Un nouveau passage exonde, de forme elliptique, permet de découvrir la rivière qui coule de bassin en bassin. La largeur est importante 4 à 7 m. Mais, après 80 m de progression, un seuil rocheux oblige a sortir de l'eau et à marcher plus ou moins courbé (hauteur 1,5m.) jusqu'a une nouvelle vasque (longueur 10 m, largeur 5 m).


Siphon n°8 -

Il plonge immédiatement et à 50 m, le fond se trouve à - 13 m. Après une trentaine de mètres, la galerie en joint de strate fait place à un méandre large de 2 m et haut de 3 a 4 m. Vers 20O m, une remontée permet de faire un petit parcours entre - 2 et - 5 m (une trentaine de mètres environ). Une descente jusqu'à -14 m aboutit sur un très beau méandre surcreusé dont la couleur noire est zébrée par moment de veines blanchâtres. Les parties larges de ce conduit (1,5 à 2 m) se situent en plafond. Le plancher se trouve 4 à 6 m plus bas. La galerie, sur une centaine de mètres plonge légèrement jusqu'à
- 18 m puis vient buter sur une trémie de gros blocs ou le fil d'ariane est amarré après un parcours de 462 m. A travers le chaos, un passage étroit donne sur une continuation.

Galerie photos

       

 

 

Recherche alphabétique

A     B     C    D     E     F

G          I               L

M          O     P          R

S     T                             

Recherche géographique

 

 


© Copyright  - les fédérés souterrains